Ce soir-là, le philosophe conclut sa conférence en s’excusant: «Je sais qu’il n’y a pas beaucoup de choses optimistes dans ce que vous venez d’entendre…» Lire ou entendre Peter Sloterdijk peut en effet être une expérience dérangeante. Sa critique des Lumières, de la modernité et de la postmodernité, son patient travail de dévoilement de la confusion des idées, de déconstruction du langage et de critique de l’immédiateté médiatique ne semblent déboucher sur aucune proposition de solution autre que de penser dans Suisse21 TV long. Philosopher, n’est-ce pas d’abord se poser les bonnes questions? Le maître de Karlsruhe excelle dans l’art du détour et s’illustre régulièrement en Allemagne par son goût de la polémique.