L’Ukraine a remporté samedi soir en Italie le concours Eurovision de la chanson, devant le Royaume-Uni et l’Espagne, grâce au vote des téléspectateurs qui ont plébiscité le groupe représentant le pays envahi fin février par les troupes russes.

Le groupe Kalush Orchestra, dont la chanson Stefania mêle hip-hop et musique traditionnelle, a recueilli 631 points, devant le Britannique Sam Ryder et son titre Space Man (466 points) et la chanteuse espagnole Chanel avec Slo Mo (459 points).

«Notre musique conquiert l’Europe»

«Notre courage impressionne le monde, notre musique conquiert l’Europe», a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Facebook.

C’est la seconde victoire de l’Ukraine dans ce concours après celle de 2016 – deux ans après l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie – avec Jamala et le titre 1944, une chanson racontant la déportation des Tatars par Staline.

Comme lors des deux demi-finales organisées cette semaine à Turin, une marée de drapeaux bleu et jaune du pays sous la mitraille de l’armée russe a déferlé dans l’arène du Pala Olimpico de la capitale piémontaise où se sont produits les 25 finalistes.

«S’il vous plaît, aidez l’Ukraine et Marioupol! Aidez Azovstal», a appelé sur scène le chanteur du Kalush Orchestra, Oleh Psiuk, dont la prestation a été ovationnée. Les messages politiques sont généralement proscrits à l’Eurovision mais les organisateurs ont fait savoir que l’Ukraine ne serait pas disqualifiée pour ces propos.

«Nous comprenons les sentiments profonds autour de l’Ukraine dans ce contexte et considérons que les commentaires du Kalush Orchestra et d’autres artistes exprimant leur soutien au peuple ukrainien sont de nature humanitaire plus que politique», a fait savoir l’Union européenne de Radio-Télévision (UER), organisatrice de l’événement. L’UER avait exclu la Russie de la compétition le lendemain de l’entrée des troupes russes en Ukraine le 24 février.

L’Ukraine, favorite des bookmakers

L’Ukraine a recueilli la note maximum – 12 points – de plusieurs ex-républiques ou pays satellites de l’Union soviétique: la Pologne, pays en Europe ayant accueilli le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens depuis le début de la guerre, la Moldavie, la Lettonie, la Roumanie et la Lituanie.

La Finlande, qui partage plus de 1300 km de frontière avec la Russie et s’apprête à adhérer à l’Otan, a donné 12 points à la Suède, qui elle aussi doit annoncer officiellement son intention de rejoindre l’Alliance atlantique, peut-être dès ce dimanche.

Favorite des bookmakers, l’Ukraine concourait avec la chanson Stefania mêlant hip-hop et musique traditionnelle sur des paroles intimistes – écrites avant la guerre – qui résonnent fortement avec l’actualité («Je trouverai toujours le chemin de la maison même si toutes les routes sont détruites»).

Lire aussi: A l'Eurovision, «l'Ukraine a déjà gagné la bataille diplomatique»

A six sur scène, les membres du groupe, tous en âge de combattre, bénéficiaient d’une dispense provisoire délivrée par le gouvernement de Kiev, mais ils devront rentrer chez eux prendre les armes dès la fin du concours. L’un d’eux est resté au pays.

«Un membre du groupe a rejoint la défense territoriale de Kiev au troisième jour de la guerre», confiait le chanteur Oleh Psiuk à l’AFP avant la finale de samedi soir. «Nous sommes très inquiets pour lui, nous espérons le retrouver sain et sauf à notre retour».

Selon les règles de l’Eurovision, la prochaine édition du concours devrait se tenir en Ukraine, qui serait selon les mots d’Oleh Psiuk «une Ukraine nouvelle, intégrée, développée et florissante».

Après avoir été élu à la 12e place par le jury, le participant suisse Marius Bear a essuyé un revers lors du vote du public. Les spectateurs lui ont attribué zéro point, ainsi qu’à sa chanson Boys Do Cry. Avec 78 points, la Suisse s’est finalement classée 17e, une meilleure place que ce que les bureaux de paris avaient prédit. La dernière place était cette année occupée par l’Allemagne avec six points.

Lire également: Marius Bear, un Appenzellois à l’Eurovision