Logo suisse21.tv
Inscription Newsletter suisse21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

L'hôtel Arbez franco-suisse du village La Cure, dans le Jura, fait toujours parler de lui. Construit sur la frontière entre la France et le canton de Vaud, en Suisse, l’hôtel continue de fasciner. Le journal Le Parisien consacre un reportage à cet établissement surveillé aujourd’hui de près par les douaniers, indique le journaliste Matthieu Pelloli. « Nous réalisons régulièrement des affaires où nous interpellons des personnes avec 20 000 euros, 30 000 euros d'argent non déclaré en poche », indique la douane française au journaliste. Le gérant de l'Arbez franco-suisse, Alexandre Peyron, possède ainsi de nombreuses anecdotes en tout genre. Si parfois, il est témoin d’interception digne d'un « James Bond », « à grand renfort d'hélicoptères », il se souvient que petit, il faisait passer de son côté des victuailles. « Gamin, je passais du beurre, se souvient le quinquagénaire. Et mon grand-père, qui passait du tabac, avait dressé son chien pour repérer les douaniers. » Pendant la Seconde Guerre mondiale, son grand-père avait permis le passage de centaines de personnes, dont des résistants et de nombreux Juifs.

Contenu de la vidéo : L'hôtel Arbez franco-suisse du village La Cure, dans le Jura, fait toujours parler de lui. Construit sur la frontière entre la France et le canton de Vaud, en Suisse, l’hôtel continue de fasciner. Le journal Le Parisien consacre un reportage à cet établissement surveillé aujourd’hui de près par les douaniers, indique le journaliste Matthieu Pelloli. « Nous réalisons régulièrement des affaires où nous interpellons des personnes avec 20 000 euros, 30 000 euros d'argent non déclaré en poche », indique la douane française au journaliste. Le gérant de l'Arbez franco-suisse, Alexandre Peyron, possède ainsi de nombreuses anecdotes en tout genre. Si parfois, il est témoin d’interception digne d'un « James Bond », « à grand renfort d'hélicoptères », il se souvient que petit, il faisait passer de son côté des victuailles. « Gamin, je passais du beurre, se souvient le quinquagénaire. Et mon grand-père, qui passait du tabac, avait dressé son chien pour repérer les douaniers. » Pendant la Seconde Guerre mondiale, son grand-père avait permis le passage de centaines de personnes, dont des résistants et de nombreux Juifs.

Mots clés liés : Arbez franco-suisse, La Cure, Alexandre Peyron, Jura, James Bond, douanes, Alexandre Peyron,

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Suisse21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Suisse21.tv